Lembach juin 2014

Cette année, notre sortie nous fait découvrir un petit coin d'Alsace du Nord, Lembach et ses alentours.
Nous nous y retrouvons tous autour d'un bon verre de crémant d'Alsace à l'hôtel "au Heimbach", puis nous nous rendons au restaurant  le "Rössel-Stub"  où nous sera servi vendredi et samedi soir un menu du terroir bien sympathique.

L'ambiance y est très agréable, le tout très harmonieux.
Le lendemain, après un copieux petit déjeuner, départ pour la cave vinicole de
Cleebourg. Cleebourg, située au milieu du parc des Vosges est très réputée pour ses vins depuis des siècles. Son vignoble s'étend sur 189 hectares.

Arrivés sur les lieux, Charles, notre guide, nous attend pour nous faire découvrir les différentes étapes de la  vinification. Il nous explique entre-autre comment après deux ans de maintes manutentions, on obtient ce fameux crémant d'Alsace.

L'une des étapes, une des dernières est le dégorgement par glace. Les bouteilles dans lesquelles s'est formé dans le goulot un bouchon de
levure sont plongées dans un bain à -25° où se forme alors un bouchon de glace dans lequel le dépôt de levure est emprisonné.

À l'ouverture de la bouteille, ce bouchon de glace est propulsé  par la pression interne, le vin est débarrassé de ses impuretés. Le crémant d'Alsace est alors à son stade final. Il ne reste plus qu'à mettre le bouchon et à le déguster, ce que nous sommes conviés à faire ainsi que d'autres vins: pinot gris, pinot blanc et bien sûr gewürztraminer.

De Cleebourg, nous avons repris la direction de Lembach-Gimbelhof où nous étions attendus pour le déjeuner à l'auberge. Après nous être superbement restaurés, courte promenade jusqu'à  Fleckenstein, vestiges d'un magnifique château fort.

Construit au XIIe siècle par les Hohenstauffen pour défendre le Saint Empire  Germanique sur une falaise de grès rose, cette forteresse imposante abrita jusqu'au XVIe siècle les familles des barons de Fleckenstein qui au cours des siècles lui imposèrent de grandes transformations. Ils firent creuser dans la roche, des salles, des escaliers et même un puits et surmontèrent la forteresse par un palais seigneurial.
Dimanche, nous nous rendons à Bitche afin d'y admirer sa superbe citadelle. Vauban en 1681, puis en 1754, Cormontaigne, ingénieur militaire, firent d'elle une place forte imprenable.
Pendant la guerre franco-allemande de1870-1871 la citadelle est assiégée par les troupes bavaroises, mais le commandant Teyssier et ses troupes tiennent tête et résisteront pendant 230 jours à l'assaut des Allemands. En vain. En mars 1871, une garnison prussienne s'y installe jusqu'en 1918. Bitche redevient française.

Témoin de multiples et violents combats, Bitche semble maintenant avide de paix et ces superbes jardins qui ornent les contreforts de la citadelle offrent un spectacle très coloré et reposant. Magnifique contraste avec l'architecture massive de la forteresse.

Anne-Marie Hahn